intercommunalité : "oui mais"

Publié le par LT

Lors du dernier conseil municipal, il nous a été proposé une délibération (la une) sur la réalisation d'une étude. les termes de l'article unique de cette décision étaient suffisamment alambiqués pour qu'on soit en alerte : 

article unique : « approuve le principe de la réalisation d’une mission d’assistance permettant l’aide à la décision des maires dans le cadre d’un projet intercommunal ».

Avait-on voulu nous faire une démonstration – façon jeu télévisé – de la capacité de notre maire à utiliser le plus de mots marquant l’atténuation en une seule phrase ?  Si c'était le cas on aurait pu avoir : « souhaite approuver le principe de la réalisation future d’une éventuelle mission de prospective et d’assistance  permettant le cas échéant l’ébauche d’une aide à une sorte de décision dans le cadre flou d’un hypothétique projet intercommunal ».

Cette formulation aurait mieux reflété le niveau d’information sur ce dossier.

Commençons par parler de l’intercommunalité : quels projets ? quelles structures ?

Le choix des partenaires : on peut tout justifier mais pourquoi Saint-Ouen (à part qu’il est esseulé) ? pourquoi pas La Garenne-Colombes ou Bezons et Argenteuil (avec lesquels on est déjà en communauté de projet sur Vallangougard)  ou Nanterre (par exemple, pour la future médiathèque de La Marine ?)?

À quoi servira cette étude ? sera-t-elle contraignante ? quel en est le cahier des charges ? quel est son coût ?

Si on crée la communauté, pourra t-on en sortir ? sera-t-on l’otage de la majorité ?  quels enjeux financiers et fiscaux (notamment en termes de taxe professionnelle unique) ? quelles compétences seront partagées ? développement économique, politique de la ville, eau et assainissement ?

Beaucoup de questions préalables auxquelles il a été partiellemen répondu au conseil : très clairement la démarche est engagée, et la ville de Colombes en est pilote, ce qui jette un éclairage nouveau sur le fait que le cahier des charges de l'étude n'a été diffusé qu'à ma demande lors de la conférence des présidents, en séance du conseil municipal. Veut on vraiment dialoguer ou les choses sont elles déjà ficelées, au-delà de ce travail au coût estimé de 100.000 euros.

« faire ensemble » plutôt que « faire seul » est évidemment une bonne idée… mais ce qui est important  dans l’expression, c’est « faire ». On peut « faire » sans créer de superstructures coûteuses. En temps de crise c’est important.

Publié dans Conseils municipaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Superstrucures pour un super pouvoir, Braouzec avec St Denis a bien réussi son coup avec la "Plaine commune". En quittant la mairie de St Denis, il est resté député et Président de cette structure, adieu les "emmerdes" du quotidien qu'il a laissé à son ami Paillard. A qui profitera le crime? J'ai relu le programme de la gauche, il n'était question que d'intercommunalité de Projets. Pourquoi allez plus loin?Et comment garantir que cela ne coûte rien aux contribuables?Merci Marie-Lise pour ta citation de Lamarck, j'aime bien.
Répondre
M
Il n'y avait pas eu en octobre à l'initiative de Monsieur Sarre une réunion pour relancer l'intercommunalité de la boucle nord et aussi mettre en place de nouveaux projets? Pourquoi alors créer un nouvel établissement s'il n'y a pas de projet prévu. Ce n'est pas tout prendre à l'envers Lamarck aurait dit "la fonction créée l'organe" là j'ai l'impression que l'on veut créer une struture et que l'on cherchera à quoi elle poura servir après.Mais c'est peut être aussi qu'une impression de ma part car tout est peut être déjà bouclé :-)
Répondre
L
<br /> <br /> des discussions sont en cours depuis quelques mois avec les communes voisines, mais l'opposition municipale de Colombes n'y a pas été conviée<br /> ;-) Cela étant quand on compare le niveau d'information que nous avons sur ce dossier à Colombes à celui qu'on les élus des autres communes (enfin, celles que je connais) on se dit qu'il y a<br /> encore des efforts à faire dans la transparence et la consultation populaire sur un sujet à ce point engageant ! Cette situation est d'autant plus paradoxale que c'est Colombes qui est leader<br /> (ainsi le fameux cahier des charges de l'étude, que nous avons eu "à l'arraché" a été fait à Colombes!!). Donc, pour conclure, je suis assez d'accord avec vous, tout est probablement déjà<br /> cuisiné...<br /> <br /> <br /> <br />