Pourquoi une liste conduite par le MODEM est indispensable à Colombes

Publié le

Bien sûr, je ne suis pas totalement objectif sur le sujet J  mais voici quelques données arides et chiffrées, juste pour le plaisir de se dire que la liste pour laquelle les militants ont unanimement voté hier n’est pas « sortie de leurs chapeaux » !

1-      Le centre existe à Colombes : François Bayrou a fait 20 % dans notre ville au premier tour des présidentielles, quand l’ensemble des candidats de gauche totalisaient 42 % et ceux de droite 38 %. Le centre peut être un enjeu majeur des scrutins colombiens : au premier tour des législatives, la gauche et la droite sont au coude à coude autour de 45 % des suffrages exprimés. Les candidats MODEM totalisent 10 % sur la ville ! C’est autant que le PC, qui a gouverné la ville pendant 36 ans.

2-      Les procès d’intention qui ne manqueront pas d’être instruits contre nous (« le MODEM c’est le faux nez de la droite » ou « la liste MODEM fait perdre la droite », selon l’endroit d’où l’on cause…) ne résistent pas à l’analyse des chiffres. Le centre est autonome à Colombes : les 2.400 voix MODEM aux législatives ne sont pas des voix « UMP égarées » : l’UMP totalise 9.500 voix à ce premier tour, contre 8.400 au premier tour des municipales de 2001 ! « malgré » la présence de candidats MODEM, la droite fait 1.100 voix de plus !

3-      En 2001, Mme GOUETA a atteint le second tour avec 4.300 voix.  Certes, il y avait 8 listes en course… mais comparons ce score avec la fourchette 2.400 (législatives) – 7.100 (présidentielles) et on voit que tout est possible pour une liste conduite par le MODEM, unissant l’expérience indispensable des élus UDF actuels et le dynamisme des nouveaux militants MODEM, et, surtout, ouverte à des sensibilités et des personnalités de tous horizons, unies par des valeurs communes et la volonté de parler de Colombes pendant cette campagne !

« au boulot » !

plus d'info sur : http://modem-colombes.over-blog.com/article-13176571.html

Publié dans Ville de Colombes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Quand ceux qui défendent un politique de projet et de concertation triomphent enfin les manoeuvres des "notables", la démocratie locale ne peut qu'en sortir grandie. Il est grand temps de rendre minoritaire les pratiques autoritaristes de gauche comme de droite.<br /> Par delà les divergences que devront trancher les électeurs, la volonté de développer raisonnablement et durablement cette ville nous rassemble. Place à la modernité politique!
Répondre
P
@Arfaoui<br /> Juste une précision concernant la candidature d'Alexandre Arfaoui aux législatives : Monsieur Arfoui a été investi par Alternative Libérale <br /> http://www.alternative-liberale.fr/legi/<br /> Pourquoi a t'il rajouté sur ses tracts et sur son sites les logos Modem UDF cap 21 ?
Répondre
G
Je me permets simplement de retranscrire ici ce que j'ai pu inscrire ailleurs, notamment sur le blog d'Alexis Bachelay : il va falloir finir par comprendre qu'une grande partie des électeurs se contre-fichent comme de leur première chemise des querelles internes, externes, etc. des partis !<br /> Je veux qu'on parle de Colombes et de ses habitants sans tomber dans la seule critique du bilan d'un maire sortant !<br /> M. Trupin semble s'inscrire dans cette voie : bonne continuation !
Répondre
A
Un peu d'histoire ne fera pas de mal à personne. J'ai soutenu la candidature de A. Kadur (membre du conseil national UDF) non pas pour amuser la galerie ou se faire exclure de l'UDF mais pour protester contre des pratiques non démocratique de la section UDF de Colombes et contre la décision tardive du conseil national : A. Kadur a posé officielemnt sa candidature et a été encouragé par A. Dupin et M. Mome qui l'a invité à plusieurs reprises aux réunion de la section de Colombes. La candidate officielle a toujours réfusé notre aide et elle est tombé malade quelques jours avant le début de la campagne ce qui a poussé M. Mome a pensé prendre la place. J'ai alerté M. Mome à plusieurs reprises M. Mome de la situation qui a brillé par son absence de communication : tous les responsables départementaux (A. Dupin, B. Lehideux, ...) recevaient tous les courriers que j'ai envoyé à M. Mome et personne ne m'a jamais répondu : c'est facile de se réunir en comité restreinte pour exclure ou susprendre quelqu'un mais avoir une discussion franche et démocratique semble être une montagne pour les responsables de l'UDF. Je ne suis pas exclu de l'UDF mais suspendu seulement ce qui evite aux instance nationales et locales tous les débats contradictoires. Apparemment être suspendu ça vous autorise à payer votre cotisation mais ça ne vous permet pas de participer à la vie active de la section. Drôle de procédure.<br /> Encore une autre : le 18/10 un autre adhérent aprend, toujours par M. Mome, qu'il est exclu alors même qu'il n'a rien reçu de la part de l'UDF.<br /> Je n'ai ni haine ni amertume mais un dégout des partiques de certains : ailleurs c'est peut pire ou mieux mais je réserve ma sympathie pour d'autres.
Répondre
L
Sacré J.-P. Alquier ! <br /> <br /> Bon maintenant le coup de pied de l'âne...<br /> <br /> Ce qu'Arfaoui ne dit pas c'est qu'aux législatives il a soutenu un candidat UDF-MODEM dissident CONTRE celui officiellement investi.<br /> <br /> Mais il me semble que c'est arrivé 17 fois au PS comme le signale cet article : <br /> <br /> http://www.20minutes.fr/article/160414/Politique-Legislatives-au-moins-17-dissidents-socialistes-sont-candidats.php<br /> <br /> Nous avons une démarche tout à fait cohérente, ce qui n'est pas toujours le cas du PS qui, au second tour des législatives, en Charente a soutenu la dissidente Martine Pinville contre le candidat officiellement investi Malek Boutih : <br /> http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/elections_2007/20070611.OBS1366/malek_boutih_reprochea_hollande_sa_defaite.html
Répondre